Oui, un spectre hante le Vatican, pour paraphraser Karl Marx, le grand Karl Marx. Un spectre hante les couloirs du Vatican et les rues du monde, il s'y glisse monte, descend. Ce spectre est un spectre qui épouvante tellement que presque personne n’ose même le nommer. Ce spectre, c’est le capitalisme ! Si j'ai accepté avec fierté de rejoindre la papouille, c'est que comme l'exprime sa lettre de candidature, elle ne dénonce pas seulement l'hétérosexisme mais aussi le capitalisme, ce modèle de développement destructeur en train d’en finir avec la vie, qui menace de détruire définitivement l’espèce humaine. Alors oui, nommons les ennemis : il s'agit des riches. Voilà pourquoi le Christ a dit : « Il sera plus facile de faire passer un chameau par le chas d’une aiguille que de faire entrer un riche au Royaume des Cieux. » C’est ce qu’a dit le Christ, Notre Seigneur.

Pour terminer, j’ai ici une citation que j’aimerais vous lire, brièvement, de ce grand théologien de la Libération, Leonardo Boff, qui comme chacun sait, est brésilien, c’est-à-dire « notre-américain ».

Voici ce que dit Leonardo Boff sur la crise écologique : « Qu’elle est la cause ? Eh bien, la cause c’est le rêve de vouloir chercher le bonheur à travers l’accumulation matérielle et du progrès sans fin, en recourant à la science et à la technique, avec lesquelles on peut exploiter de manière illimitée toutes les ressources de la Terre ».

Ecoutons Rosa Luxembourg lorsqu’elle a lancé : « Socialisme ou barbarie ». Ecoutons le Christ rédempteur lorsqu’il dit : « Bienvenus les pauvres, car le royaume des cieux leur appartient ».

Chers amis, il est temps d'élire la papouille pour qu'une fois qu'elle aura déclenché la révolution boivarienne au Vatican, elle la fasse s'étendre à travers le monde entier. Avec elle, soyons capables de faire de cette Terre non pas la tombe de l’humanité ; faisons de cette Terre un ciel, un ciel de vie, de paix et de fraternité pour toute l’humanité, pour l’espèce humaine.

Amen et révolution !

Hugo Chavez p.c.c Stéphane Lavignotte (les citation de Léonardo Boff, des évangiles et les références au Christ sont d'Hugo Chavez)